Choisir une carrière en sciences de la mer

Le mot "océanographie" est probablement plus connu de l'étudiant que "sciences de la mer".  Les deux termes, essentiellement interchangeables, englobent l'ensemble des études relatives à la mer, y compris les limites océaniques et la topographie du fond marin, la physique et la chimie de l'eau de mer, les courants ainsi que les multiples phases de la biologie.  Ces études sont généralement appelées océanographie physique, chimique, biologique et géologique.

Un autre terme parfois utilisé, "océanologie", désigne l'ensemble des techniques relatives à l'étude et à l'utilisation du domaine océanique.  En Amérique du Nord, le terme "génie océanique" est très courant, et la cartographie océanique s'appelle "hydrographie".

Océanographie physique

L'océanographie physique englobe la formation des vagues, les gradients de salinité et de densité, les différences de température ainsi que les courants.  Certains sujets propres à la recherche océanographique tels que les échanges d'énergie entre l'air et la mer ainsi que les phénomènes connexes entre l'océan et la température (changement climatique mondial, El Niño, ouragans et typhons) exigent une bonne connaissance des sciences de la mer et des sciences de l'atmosphère.

Océanographie chimique

L'océanographie chimique s'occupe des origines et du sort des constituants chimiques des eaux océaniques ainsi que des réactions chimiques qui se produisent en milieu marin.  Les effets des contaminants (organiques ou non) et leur distribution préoccupent beaucoup les chimistes de la mer.  Des traceurs chimiques et des échanges gazeux entre l'atmosphère et l'océan permettent de suivre l'itinéraire des eaux océaniques profondes et d'évaluer les cycles de capture de gaz comme le dioxyde de carbone.

Océanographie géologique

L'océanographie géologique étudie la formation des bassins océaniques, des chaînes de montagnes, des fosses, des volcans sous-marins et la façon dont les sédiments sont transportés, soulevés et distribués, pour former îles et continents.  Certaines conclusions tirées de théories relatives aux plaques tectoniques ont donné lieu à de nouvelles interprétations de la dérive des continents et des plaques, du soulèvement et de la formation des montagnes.  La découverte de bouches hydrothermales a mené à bon nombre de nouvelles trouvailles minérales et biologiques dans l'océan.  La plupart des études et des recherches appliquées en géologie et en géophysique sont axées sur l'emplacement de gisements de pétrole marin, de gaz et de minéraux.

Océanographie biologique

L'océanographie biologique a pour objet l'étude des êtres vivants peuplant l'océan, leurs interactions et leur évolution en milieu physique et chimique.  La taxonomie est à la base de toutes les études biologiques et, au sens large du terme, s'occupe des relations évolutionnaires.  En fait, une fois qu'une espèce a été recensée, les relations et les interrelations des espèces ainsi que la dépendance entre les plantes et les animaux relèvent du domaine de l'écologie.  Ce domaine s'intéresse à des communautés universelles et à leur interdépendance.  Un aspect de l'écologie qui a pris de l'ampleur est le comportement des animaux; on pense notamment aux moyens de communication entre eux et aux raisons qui les incitent à communiquer.
 

Avant de choisir une carrière en sciences de la mer

Pour le moment, on associe une carrière en sciences de la mer à une recherche quelconque.  On entend par "recherche" le désir d'acquérir de nouvelles connaissances.  On effectue cette recherche en se posant des questions et en conservant les réponses obtenues sous une forme permanente quelconque.

La recherche fondamentale est la recherche de connaissances effectuée sans se demander directement "à quoi serviront-elles?".  Elle est au cœur de toutes les sciences, des sciences de la santé et même des technologies.  En ce qui concerne les océans du monde, seule une infime partie de leurs mystères a été dévoilée à ce jour.  La recherche fondamentale est surtout effectuée dans les universités, les musées, les institutions gouvernementales et, dans une moindre mesure, dans des laboratoires privés ou industriels.  Les résultats d'une telle recherche sont généralement diffusés gratuitement dans des revues scientifiques.  Le financement provient presque entièrement des gouvernements et parfois d'organismes privés.

Les postes de recherche sont rares, car la recherche fondamentale est assez mal financée.  Pour réussir dans ce champ d'activités, on doit habituellement posséder un grade et une formation de niveau supérieur - doctorale et postdoctorale.

La "recherche appliquée" est la recherche de réponses précises à des questions qui intéressent l'industrie, le gouvernement et les entreprises.  Elle est généralement effectuée ou donnée en sous-traitance par l'organisation la plus concernée par le problème.  Les résultats de cette recherche peuvent être publiés dans la documentation accessible à tous selon que le produit ou le procédé est brevetable ou non.  La recherche appliquée est habituellement bien financée, ce qui signifie qu'un plus grand nombre de postes existent.  Les qualifications exigées peuvent être des plus élevées pour des postes supérieurs ou se limiter à certaines connaissances scientifiques et compétences techniques pour d’autres positions.

Nature du travail

Un océanographe s'intéresse à la mer, ce qui signifie qu'il ira en mer, parfois durant de longues périodes.  Il doit également travailler au bord de l'eau, analyser les données recueillies et publier son travail pour en faire profiter les autres.  La recherche océanographique recoupe une vaste gamme d'activités qui varient du travail purement théorique aux études coordonnées à l’échelle internationale regroupant plusieurs navires et faisant appel à la conception de réseaux d’instruments.  Les océanographes effectuent de longs travaux en laboratoire, notamment de la modélisation numérique de processus océanographiques, de la conception, de l'essai et de l'étalonnage d'instruments ainsi que de l'analyse de données.  En plus de prendre des mesures à bord de bateaux en surface et à partir d'instruments submergés, on recueille des données par télédétection à partir d'aéronefs et de satellites.  L'océanographie à partir de l'espace est maintenant une réalité.

Une carrière en sciences de la mer nécessite une bonne santé et une endurance physique suffisante pour tolérer les rigueurs du travail en mer.  Pour une carrière qui exige de longues heures à bord d'un bateau, il faudra peut-être même surmonter le mal de mer.  Cependant, on gagne à vivre une multitude d'expériences, à être témoin de phénomènes bizarres et à visiter des endroits perdus de par le vaste monde.

Perspectives d'emploi

Les emplois spécialisés dans le domaine des sciences de la mer sont limités et la concurrence vive.  L'industrie offre quelques postes aux titulaires d'un baccalauréat en sciences ou en génie.  Les étudiants sont encouragés à obtenir le meilleur grade de premier cycle possible (en sciences ou en génie), puis à appliquer cette formation au travail de recherche en mer.  Un étudiant qui veut poursuivre une carrière dans un domaine technique relié au milieu marin devrait essayer d'obtenir un baccalauréat axé sur les sciences de la mer.

Au Canada, le principal employeur de spécialistes des sciences de la mer est le gouvernement fédéral, plus précisément le ministère des Pêches et Océans pour les physiciens en océanographie physique, les chimistes, les océanographes et les océanographes biologistes, ainsi que le ministère des Ressources naturelles pour les spécialistes de la géologie et les géophysiciens.  Les autres gouvernements et ministères ainsi que les universités emploient des océanographes pour enseigner et mener des travaux de recherche.  Les recherches sur les pêches exigent la connaissance de presque tous les aspects de l'océanographie afin d'effectuer l'évaluation des populations et la modélisation de la dynamique des populations de poissons.  L'expansion rapide de l'aquaculture a entraîné une demande pour un bon nombre de spécialistes, notamment en nutrition de poissons et en contrôle des maladies.

Les emplois dans le secteur privé dépendent grandement des ententes contractuelles surtout en ce qui concerne les études et l'évaluation de l'environnement.  Certaines entreprises importantes de ressources minérales emploient leurs propres spécialistes des sciences de la mer tandis que d'autres préfèrent engager des spécialistes. Des Canadiens et des entreprises canadiennes, dont l'expertise est reconnue à l'échelle internationale, se consacrent à de tels travaux.  L'Organisation des Nations unies (ONU) retient les services de bon nombre d'entre eux ou se charge de leur affectation.

Malgré le resserrement du marché du travail et des services offerts par le gouvernement, les étudiants intéressés à l'océanographie devraient envisager l'avenir avec optimisme.  Un diplôme universitaire dans l'une des disciplines connexes à l'océanographie, doublé de cours en sciences environnementales, en aménagement des ressources, en droit et en informatique, ouvre la voie à bon nombre de carrières, soit au sein du gouvernement, de l'ONU ou de l'industrie.  Étant donné qu'un grand nombre de polluants, naturels ou anthropiques, aboutissent dans l'océan, les environnementalistes des quatre coins du monde commencent à s'intéresser aux affaires océaniques.  Le besoin de spécialistes qui comprennent non seulement l'interdépendance de l'océan, de l'urbanisation et de l'industrialisation en croissance constante mais aussi les dangers potentiels des accidents maritimes continue de s'affermir.

Exigences scolaires

Études secondaires

Tout étudiant intéressé à poursuivre une carrière en sciences de la mer doit d'abord choisir les cours de sciences pertinents: sciences physiques, chimie, biologie et sciences de la terre.  On doit considérer les mathématiques ainsi que la formation en informatique et l'utilisation des ordinateurs comme des éléments essentiels de tout programme de sciences au secondaire.  Les élèves devraient également acquérir les compétences de base en anglais et en français (parlé et écrit).

Études de premier cycle

Au moment de leur inscription, on encourage les étudiants à continuer leurs études en sciences physiques, en chimie, en biologie, en sciences de la terre et en mathématiques.  On devrait poursuivre la formation linguistique afin de faciliter la transmission de connaissances scientifiques. La compréhension d'une langue étrangère constitue un atout certain.

On devrait également envisager la possibilité de suivre des cours au choix dans d'autres disciplines scientifiques.  Ces cours peuvent avoir une incidence sur le choix d'une spécialisation après l'obtention d'un diplôme ou encore le choix d'un établissement d'enseignement supérieur.  Il n'est toutefois pas nécessaire que l'étudiant suive des cours en sciences de la mer.  Les universités qui offrent une formation postdoctorale en sciences de la mer cherchent des candidats avec spécialisation ou concentration dans n'importe quel domaine des sciences.  Il serait profitable pour l'étudiant de participer à des cours pratiques en sciences de la mer.  Les universités associées au Laboratoire maritime Huntsman ou à la Bamfield Marine Station proposent cette expérience même si elles n'offrent pas d'autres cours en sciences de la mer.

Études supérieures

On peut habituellement achever un programme de maîtrise en un an ou deux après l'obtention d'un baccalauréat. Les conditions d'admission à ce programme se limitent généralement à un diplôme de premier cycle en sciences (avec une bonne moyenne).  Les cours du niveau supérieur seront considérablement plus avancés que ceux du premier cycle. Certains seront orientés vers les spécialités et les domaines d'intérêt des professeurs de l'université. Cependant, dans la plupart des universités, on encourage les étudiants à envisager différentes options et à élargir leurs horizons.

Universités

Un grand nombre d'universités canadiennes offrent des cours de premier cycle en sciences de la mer.  Cependant, seulement celles qui offrent des cours substantiels de deuxième et de troisième cycle sont énumérées ci-dessous :

University of Alberta

Edmonton (Alberta) T6G 2E3
Department of Earth and Atmospheric Sciences

Le programme des sciences de l'atmosphère mène au baccalauréat ès sciences, à la maîtrise ès sciences et au doctorat.  Les membres du corps professoral mènent des activités de recherche fondamentale et appliquée dans les domaines du givrage atmosphérique, de la micrométéorologie, de la physique des nuages et des précipitations, de la dynamique du climat et de la prévision de tempêtes.  On dispose d'installations et de l'appareillage nécessaires pour effectuer des études en micrométéorologie et en givrage atmosphérique.

Tél.: 403-492-6076
Téléc.: 403-492-2030
Cour. élec.:  pmyers@ualberta.ca
Page d'accueil: http://easweb.eas.ualberta.ca/page/research/?k=title&v=Atmospheric+Sciences+and+Oceanography

University of British Columbia

17 - 1984, West Mall
Vancouver (Colombie-Britannique) V6T 1Z4
Department of Oceanography

À l'université de la Colombie-Britannique, les activités de recherche et les études supérieures en océanographie existent depuis 1949, soit depuis plus longtemps que dans les autres universités canadiennes.  Les travaux de recherche portent sur l'océanographie biologique, chimique, géologique et physique ainsi que sur les sciences de l'atmosphère, le tout axé vers les études interdisciplinaires. Un baccalauréat en océanographie avec double spécialisation est offert dans les disciplines suivantes: biologie, chimie, géologie, géophysique et physique. Depuis 1988, les départements d'océanographie et de géographie offrent conjointement un programme en sciences de l'atmosphère.

L'université est membre de la Bamfield Marine Station, située à Bamfield, en Colombie Britannique.

Tél.: 604-822-3278
Tél.: 604-822-6091
Cour. élec.: office@ocgy.ubc.ca
Page d'accueil: http://www.ocgy.ubc.ca/

Dalhousie University

Halifax (Nouvelle-Écosse)
B3H 4J1
Department of Oceanography

L'université Dalhousie offre des cours de premier cycle en sciences de la mer.  Les départements de biologie et d'océanographie décernent des grades supérieurs en sciences de la mer.  Les installations de recherche mises à la disposition des étudiants des deuxième et troisième cycles sont excellentes, et des activités de recherches sont menées au sien des départements de biologie, de géologie et d'océanographie.  Les installations spéciales comprennent un aquatron servant à la recherche biologique.

L'université Dalhousie est membre du Laboratoire maritime Huntsman, situé à St. Andrews, au Nouveau-Brunswick.

site web: http://oceanography.dal.ca/index.html

University of Guelph

Guelph (Ontario) N1G 2W1

L'université de Guelph offre un bon nombre de cours de premier cycle et de niveau supérieur en biologie marine et en biologie des eaux douces.  Les activités d’un groupe de chercheurs sont à l’origine d’un vaste intérêt porté au domaine de la biologie marine.

L'université de Guelph est membre du Laboratoire maritime Huntsman.

sie web :  http://www.uoguelph.ca/ib/undergrad/fieldcourses_marine.shtml

Université McGill

805, rue Sherbrooke ouest
Montréal (Québec) H3A 2K6
Département des sciences atmosphériques et océanographiques

Des cours de premier cycle et de niveau supérieur sont offerts dans presque tous les domaines reliés aux sciences de la mer.  L'Université McGill est reconnue pour son enseignement et ses recherches menées dans les régions arctiques, tempérées et tropicales.

L'université est associée au Laboratoire maritime Huntsman et au Centre océanographique de Rimouski, situé au Québec.  Le Belairs Research Institute, situé dans les Barbades, aux Antilles, est une station de recherche de l'Université McGill qui mène des travaux de recherche en sciences de la mer dans des régions tropicales.

Tél.: 514-398-3764
Téléc.: 514-398-6115
Études de premier cycle - Cour. élec.: uginfo@zephyr.meteo.mcgill.ca
Études supérieures - Cour. élec.: gradinfo@zephyr.meteo.mcgill.ca
Page d'accueil: http://zephyr.meteo.mcgill.ca

Memorial University of Newfoundland
Av. Elizabeth,
St. John's (Terre-Neuve) A1C 5S7

La Memorial University of Newfoundland offre un grand nombre de cours de premier cycle et de niveau supérieur en sciences de la mer.  Des travaux de recherche de niveau supérieur en sciences de la mer sont menés à l'Université et au Marine Sciences Research Laboratory à Logie Bay qui possède de superbes installations de plongée et d'excellents laboratoires d'eau de mer pour accueillir des êtres vivants marins.  Le département de génie offre également un grand nombre de cours de niveau supérieur menant à un grade en génie océanique.

Université du Québec à Rimouski
Institut des sciences de la mer de Rimouski

310, allée des Ursulines,
C. P. 3300 Rimouski (Québec)
G5L 3A1
CANADA

ismer@uqar.ca

Au premier plan des unités de recherche en océanographie on retrouve l'Institut des sciences de la mer de Rimouski, qui occupe un vaste pavillon sur le Campus de Rimouski. Cet institut accueille une centaine d'étudiants à ses programmes d'études de 2e et 3e cycles en océanographie. Chercheurs et étudiants ont à leur disposition des équipements de haute technologie, un navire de recherche de 50 mètres (le Coriolis II) et une station aquicole alimentée en eau de mer. Ses équipes de recherche multidisciplinaires (formées de biologistes, de chimistes, de géologues et de physiciens, sans compter les spécialistes associés) participent à plusieurs programmes nationaux et internationaux en sciences de la mer.

L'ISMER se consacre à la découverte et à l'avancement des connaissances fondamentales et appliquées sur les milieux côtiers, dans une perspective de développement durable. L'institut est un chef de file dans des domaines comme les changements climatiques sous différentes latitudes, les effets du rayonnement ultraviolet sur les premiers maillons de la chaîne alimentaire ou l'impact des contaminants sur les écosystèmes côtiers. L'acoustique marine, l'aquaculture, la dynamique des populations et le transport des sédiments sont aussi des thématiques pouvant compter sur une expertise solide.

Les programmes de formation comprennent :
De plus, l'École d'été en océanographie de l'ISMER accueille annuellement des étudiants de niveau postsecondaire pour une courte initiation à l'océanographie côtière.

Pour découvrir l'univers des Sciences de la mer, consultez nos visites virtuelles sur l'ISMER et sa station aquacole.

Toujours en liaison avec la mer, l'UQAR compte d'autres formations et projets de recherche. Ainsi, du côté de la formation, l'université propose :
  • le baccalauréat en biologie qui, avec des préoccupations environnementales, offre une concentration en sciences marines comprenant des sorties sur le terrain;
  • le baccalauréat en géographie, qui, par sa concentration en environnement marin, vise à familiariser les étudiants avec la cartographie, la dynamique des courants, la géographie du Québec maritime et la mise en valeur des écosystèmes.
Enfin, partout sur votre site, les termes Section d'océanographie de l'Université du Québec à Rimouski (SOUQAR) doivent être remplacés par Institut des sciences de la mer de Rimouski.

University of Victoria

C.P. 1700
Victoria (Colombie-Britannique) V8W 2Y2
School of Earth and Ocean Sciences

Le département de biologie offre des programmes menant à la maîtrise et au doctorat en biologie marine.  L'école des sciences de la terre et d'océanographie (School of Earth and Ocean Sciences) ainsi que le centre de recherche dans ces domaines (Centre for Earth and Ocean Research) offrent tous deux des cours en météorologie et en océanographie.

L'université de Victoria est membre de la Bamfield Marine Station.

Tél.: 604-472-4001
Téléc.: 604-472-4004
Cour.élec.: weaver@ocean.seos.uvic.ca
Page d'accueil: http://wikyonos.seos.uvic.ca

La Station maritime de Bamfield (Bamfield Marine Station)

Bamfield (Colombie-Britannique) V0R 1B0

La station maritime de Bamfield, située sur la côte ouest de l'île de Vancouver, est gérée conjointement par les universités de l'Alberta, de la Colombie-Britannique, de Calgary et de Victoria de même que l'université Simon Fraser, formant ainsi la Western Canadian Universities Marine Biological Society.  La station offre des cours d'été aux étudiants de premier cycle et de niveau supérieur.  Les installations comprennent des locaux réservés à la recherche, des aquariums, des bateaux, de l'équipement de plongée, une bibliothèque, une salle de conférences et certains aménagements.

Laboratoire maritime Huntsman

Chemin Brandy Cove
St. Andrews (Nouveau-Brunswick) E0G 2X0

Le laboratoire maritime Huntsman est un établissement d'enseignement et de recherches en sciences de la mer pour les étudiants et les scientifiques de l'est du Canada.  Les universités Acadia, Dalhousie, Guelph, McGill, Mount Allison, Queen's, Saint Mary's, Western Ontario, Sir Wilfrid Laurier et York, ainsi que les universités de Moncton, du Nouveau-Brunswick, d'Ottawa, de Toronto et de Waterloo, font partie de ce laboratoire.

Les institutions membres parrainent les cours donnés durant l'année ainsi que les cours offerts aux naturalistes, aux pêcheurs et aux étudiants.  Les installations comprennent des laboratoires bien aménagés, des navires de recherche océanographique, des résidences et un aquarium public.  D'autres installations de recherche sont situées à la Station biologique de St. Andrews (ministère des Pêches et Océans).  Le Laboratoire et la Station biologique sont tous deux partenaires de la Fondation internationale pour le saumon de l'Atlantique.

Renseignements complémentaires sur les universités

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les collèges et les universités qui offrent des programmes de premier, de deuxième ou de troisième cycles en océanographie, consultez le document Curricula in the Atmospheric, Oceanic, Hydrologic and Related Sciences, publié par la American Meteorological Society (AMS) et la University Corporation for Atmospheric Research (UCAR).  Ce document contient des renseignements sur les cours, les facultés, les programmes et les installations d'environ 100 universités et collèges aux États-Unis, au Canada et à Puerto Rico.
 
 
Page d'accueil
/f
URL: http://www.scmo.ca/caroceanf.html